A force de la parcourir en la foulant énergiquement d'un pas fougueux elle a dû m'interpeller et trouver les mots pour me parler, afin que je prenne conscience de sa condition et de ce qu'on lui infligeait.
A vrai dire, il y a avait déjà eu une tentative de sa part il y a fort longtemps, mon corps s'en souvient même si dans mon esprit cela ressemble plus à de la mythologie.
Une attirance qui s'est traduite en aventure, à la mesure de l'enfant que j'étais, mais une aventure tout de même. 
Il y avait ce tas de terre au fond dans la clairière, que l'on pouvait atteindre une fois traversé le sous-bois interdit. Il était une obsession et souvent j'en revenais traumatisé par l'épreuve que représentait cette odyssée.
Il est resté à jamais gravé dans ma mémoire, ce renflement qui augurait une gestation, en relation étroite avec ma conscience, comme si un hôte s'y était greffé afin que je puisse me rappeler à lui et m'y consacrer.
Les premières images sont venus à l'improviste, comme à l'habitude, me laissant à nouveau la primeur du spectateur qui découvre l'histoire que l'on veut bien lui raconter.
Puis il y a eu l'évidence, car elle est inévitable, pour celui qui prend le temps de regarder et surtout de ressentir, car c'est en cela que se fait la différence, ni plus ni moins. 
Elle s'est présenté à moi de la manière la plus simple, dénudée comme jamais, mise à mal et bouleversée, à la limite de l'abandon. 

Back to Top